COVID-19

Communiqué n°7 - Covid-19 - Communiqué des présidents du Conseil national et des Conseils régionaux de l'Ordre 30 avril 2020

Les modalités du déconfinement, dont la date avait été fixée au 11 mai 2020 par le Président de la République, ont été détaillées le 28 avril par le Premier Ministre. Elles commencent par une séquence de déconfinement progressif jusqu'au 2 juin, préalable à la levée plus complète des restrictions. Le risque Covid-19 s'installe dans nos vies, la vigilance et le civisme restent de rigueur.

Dès lors, l'approche scientifique raisonnée impose à l'évidence de prolonger les mesures de biosécurité des établissements de soins vétérinaires (ESV), lors des déplacements au domicile des clients ou en élevage. Leur respect et la distanciation sociale prévalent sans conteste à la réalisation de tout acte vétérinaire de médecine ou de chirurgie. Elles devront être adaptées au fonctionnement et à la configuration de chaque ESV.
Les Présidents du Conseil national et des Conseils régionaux de l'Ordre tiennent à remercier chacun de vous pour l'esprit de responsabilité dont vous avez fait preuve en adoptant précocement ces bonnes pratiques quotidiennes en réponse à la crise Covid-19.

Depuis le début du confinement, votre clé de décision de réaliser ou non un acte vétérinaire repose sur une analyse bénéfice/risque. Celle-ci n'est pas figée dans le temps et dans l'espace. En effet, la notion de risque (circulation virale, contagion entre personnes, santé humaine), tout comme celle de bénéfice (santé animale, protection animale) évolue sans cesse au fil du temps. Le risque d'une nouvelle vague épidémique est une réalité avec laquelle les vétérinaires devront composer durant 12 à 18 mois. C'est vraisemblablement le temps nécessaire pour espérer disposer d'un vaccin protecteur ou d'un traitement efficace.

Le bénéfice d'une actualisation des protocoles vaccinaux, notamment à la lumière des dernières recommandations des experts vétérinaires, ou d'une reprise des interventions de convenance pour réguler les naissances des animaux de compagnie, milite en faveur d'un retour raisonné à ces activités.
Dans chacun de ses choix, le vétérinaire, en professionnel de santé garant de la santé publique, se doit d'être exemplaire. Les vétérinaires doivent adopter durablement une attitude responsable à l'heure où la tentation sera grande de retrouver un fonctionnement " normal ", voire de susciter un rebond d'activité soutenue par le rattrapage d'interventions différées.

Les flux de personnes dans les ESV, la possible difficulté de faire respecter les distances aux équipes vétérinaires, les relâchements des comportements dans la population sont autant de paramètres à anticiper avec rigueur. Il convient de s'appuyer sur les acquis, par exemple d'aménager les horaires de consultations et les flux de circulation au sein des établissements, de recueillir un maximum d'éléments d'anamnèse en amont de la consultation, de recourir au dispositif expérimental de télémédecine, ... Tous les aménagements sont possibles sous couvert du respect des dispositions législatives et règlementaires en vigueur et surtout en n'acceptant aucune concession à la qualité des soins.

L'Ordre des vétérinaires recommande avec force et conviction le port d'un masque par toute personne présente au sein des établissements de soins vétérinaires, au domicile des clients ou dans les lieux d'élevage, et en lien avec l'intervention du vétérinaire. Ce masque répond à minima aux normes de qualité " grand public ". Son niveau de protection doit être augmenté lorsque les exigences de distanciation d'un mètre entre deux personnes ne peuvent être garanties.

Dans ce contexte, la communication entre confrères, au sein des équipes soignantes et à l'égard des clients est primordiale. La confraternité est le fondement des valeurs professionnelles vétérinaires. L'entraide, l'écoute, le soutien sont plus que jamais nécessaires. C'est ensemble que les vétérinaires parviendront à surmonter les difficultés. C'est par une communication claire que les clients adhèrent aux mesures de biosécurité, par exemple par la mise en œuvre de signalétiques appropriées et la rédaction d'une version actualisée des Conditions Générales de Fonctionnement des ESV incluant le respect des gestes barrières, voire le port obligatoire du masque.

Soyez toutes et tous assurés que votre Conseil régional et le Conseil national de l'Ordre sont à vos côtés et disponibles pour que le déconfinement soit une réussite collective à laquelle la profession vétérinaire aura pris et assumé sa part.

L'Ordre des vétérinaires exprime sa grande fierté pour le comportement exemplaire dont a fait preuve la profession vétérinaire durant ces longues semaines de confinement et pour sa solidarité envers les équipes soignantes de santé humaine : générosité face à la pénurie de moyens de protection, prêts d'équipements indispensables à l'assistance respiratoire des malades.

Il reste encore un long chemin à parcourir. Alors protégez-vous, protégez vos équipes, protégez vos clients, protégez vos proches. Vous contribuerez ainsi à sauver des vies humaines. Cet objectif doit continuer inlassablement à guider vos décisions.

Docteur-vétérinaire Jacques GUERIN, président du Conseil national de l'Ordre des vétérinaires
Docteur-vétérinaire Bertrand DELPON, président du CROV d'Auvergne-Rhône-Alpes
Docteur-vétérinaire Gérard VIGNAULT, président du CROV de Bourgogne-Franche-Comté
Docteur-vétérinaire Philippe HENAFF, président du CROV de Bretagne
Docteur-vétérinaire Hervé DENIS, président du CROV du Centre-Val-de-Loire
Docteur-vétérinaire Jean-François RUBIN, président du CROV du Grand-Est
Docteur-vétérinaire Florence DIRN, présidente du CROV des Hauts de France
Docteur-vétérinaire Bruno TESSIER, président du CROV d'Ile-de-France et DOM
Docteur-vétérinaire Benoit GROSFILS, président du CROV de Normandie
Docteur-vétérinaire Matthieu MOUROU, président du CROV de Nouvelle-Aquitaine et COM
Docteur-vétérinaire Laurent SAUVAGNAC, président du CROV d'Occitanie
Docteur-vétérinaire Etienne LEISEING, président du CROV des Pays-de-la-Loire
Docteur-vétérinaire Jean-Marc ROULLET, président du CROV de Provence-Alpes-Côte d'Azur et Corse

Consultez ici la fiche conseil du ministère du travail " Cabinet vétérinaire : quelles précautions prendre contre le COVID-19 ? "