Hommage : Docteur-vétérinaire Constantin Sollogoub

 

Constantin SOLLOGOUB, praticien vétérinaire émérite du charolais est décédé brutalement dans son fief de Nevers. Pour notre association Coopération et Echanges Vétérinaires Est-Ouest (CEVEO) il fut un des acteurs incontournables de notre implantation dans l’Est européen et en Asie pendant 20 ans.

Forte personnalité, parlant couramment le russe du fait de ses origines, il avait l’élevage allaitant dans le sang et une vision pratique de notre art qui allait bien au-delà des gestes simples. C’était un pédagogue flamboyant et un défenseur lumineux de l’exercice libéral de notre profession. Il portait haut et loin la race charolaise aussi bien en France que par le monde et notamment en Russie ou ailleurs. Qu’il nous soit permis ici de retracer ses nombreuses actions au sein de notre association.

Il avait été au Turkménistan par le biais de SATEC et sous son impulsion nous avons organisé dans le cadre de CEVEO l’accueil d’une vingtaine de confrères turkmènes que nous reçûmes en Rhône-Alpes.

En 1996 nous découvrons le Kirghizstan (petit état enclavé dans l’Himalaya) où il fut présent avec son ami Roger VERY en novembre 1998 dans le cadre d’une mission européenne TACIS. Ils surent être efficaces dans la mise en place d’une structure de commercialisation de médicaments vétérinaires où la « débrouillardise » à la Kostia fit merveille.

Il était passionnant de voir ce grand colosse lors de nos Assemblées Générales captiver l’auditoire par ses comptes-rendus imagés sans langue de bois. Il me souvient que dans ma commune de Dagneux nous avions organisé des animations ouvertes au public local et Constantin faisait merveille par son sens inné de la vulgarisation. Il n’était pas rare ensuite que de nombreuses personnes me demandent de ses nouvelles.

Mais c’est certainement avec l’Ukraine qu’il donna toute sa mesure avec l’aide précieuse de notre secrétaire Général à l’époque Marc HELFRE. Je l’avais accompagné à l’Université de Biela Tzerkva où nous passâmes quelques jours pour apporter nos compétences pratiques et théoriques. Il retrouvait alors son âme slave, il était un traducteur impressionnant et il n’avait pas son pareil pour vider des verres de vodka lors de toasts dont il avait le secret.

Pour les 10 ans de CEVEO en 2002, il était bien entendu partie prenante et il était là dans l’hémicycle de la Région Rhône-Alpes à Charbonnières accompagné des Professeurs VLASSENKO, recteur de l’Université de Biéla Tzerkva, YARTCHIUC, Doyen et BARANOVSKI . Il fit comme à l’accoutumé un exposé brillant.

J’ai retrouvé la trace d’une mission qu’il fit avec Marc HELFRE en mai 2010 où ils s’intéressent à l’habitat des bovins allaitants et des techniques de gestion et de vêlage. A chaque retour de mission Kostia avait en tête une multitude de projets qu’il nous soumettait et qui devait concourir à l’avenir radieux de la profession vétérinaire dans le pays intéressé.

En 2012, pour les 20 ans de CEVEO, Constantin, aidé et conseillé par Marc HELFRE et avec la participation efficace de Gérard LENNOZ et Jean-Luc CHATRE,  décidait de faire venir plus de 20 confrères ukrainiens sur une semaine avec 3 jours passés à Nevers où il avait concocté un séminaire théorique mais aussi la mise en valeur de la race charolaise puis 3 jours à Lyon  avec une journée finale à Marcy l’Etoile à l’Ecole Vétérinaire de Lyon où tous les invités retrouvèrent toutes les forces vives de la vétérinaire française. Malgré l’immense réussite de cette semaine ukrainienne les années qui suivirent virent le déclin et à l’interruption définitive de nos contacts avec la profession vétérinaire ukrainienne.

Il avait aussi été l’artisan d’une initiative de rapprochement avec des confrères et consœurs de Saint Pétersbourg qui ne se concrétisèrent pas.

Inlassablement Kostia avait toujours une nouvelle idée, un nouveau contact. Il échafaudait des rencontres, un programme sur les bases de la mise en valeur d’activités du vétérinaire libéral qui devait vivre de son activité au service de l’élevage et notamment dans les pays qui sortaient d’une économie étatisée.

En août 2013 je le rencontrais après m’avoir invité   au concours agricole à Marault de la race charolaise et de nouveau il avait plein de projets qu’il cherchait à nous faire partager puisqu’il avait convié en même temps que moi Stéphane MARTINOT, directeur de VetAgro Sup. La fin de nos relations avec l’Ukraine mettait un terme à cette coopération qu’il avait tant soutenue.

Ce fut en plus un compagnon attachant et avec son épouse Christiane nous eûmes des rencontres amicales qui dépassaient largement nos préoccupations professionnelles.

Il aimait la vie, il aimait la famille n’avait-il pas mis sur son papier à lettres alors qu’il n’exerçait plus son nom et avec en dessous en guise de profession : grand-père.

Ainsi disparait un être d’exception qui fut un grand praticien mais aussi qui a su par l’intermédiaire de CEVEO porter haut les couleurs de la vétérinaire française dans les pays de l’Est européen où il retrouvait ses racines profondes.

DV Bernard LOBIETTI, président de CEVEO