Vie de l'Ordre

Paroles de conseillers ordinaux : Franck RICARD

« On vient à l’Ordre pour certaines raisons, on s’y sent bien pour d’autres et on y reste pour encore d’autres raisons… »

Franck RICARD, 45 ans.

Conseiller au CROV Pays de la Loire.

« On vient à l’Ordre pour certaines raisons, on s’y sent bien pour d’autres et on y reste pour encore d’autres raisons… »

"Vétérinaire mixte installé en zone rurale du Sud Vendée, j’exerce depuis bientôt 20 ans dans une structure multisite à plusieurs associés. J’ai rejoint le Conseil Ordinal de ma région en 2017. Alors en proie à des interrogations sur la ruralité, le format d’un métier que j’aime mais qui n’attire plus les jeunes générations, j’ai voulu m’investir dans autre chose que mon quotidien de praticien tout en restant connecté à ma profession. Confronté à l’époque aux récriminations contre l’Ordre de beaucoup de mes confrères, qui considéraient l’institution ordinale comme un « frein au développement » de nos sociétés, j’ai souhaité l’intégrer pour mieux en comprendre la finalité.

J’avais alors la volonté de travailler sur deux axes : faire accepter à l’Ordre l’aspect « commercial » de notre profession et recréer du lien entre l’Ordre, les praticiens et les différents organismes professionnels Vétérinaires.

Mon mandat ordinal m’a permis de mieux comprendre en quoi je devais revoir ma position sur cet aspect « commercial », dangereusement concurrentiel si nous devions assumer une dérèglementation à l’excès… Ma mission disciplinaire m’est apparue comme un moyen de lutter contre toute forme de concurrence déloyale de ceux qui ne respectent pas les règles, mais aussi comme celui de garantir au public un service de qualité. Il s’agit d’un exercice qui demande rigueur et justesse. 

En intégrant la commission sociale de l’Ordre Régional, en assurant la relecture des contrats d’exercice, j’ai découvert un moyen de venir en aide aux vétérinaires grâce à l’échange et l’écoute.

De cette courte expérience ordinale, que j’espère poursuivre avec efficacité, je dirais que « on vient à l’Ordre pour certaines raisons, on s’y sent bien pour d’autres et on y reste pour encore d’autres raisons… ».