Chats et oiseaux : la Ligue de Protection des Oiseaux sollicite les vétérinaires pour communiquer auprès de leurs clients

Les passereaux signent un lourd tribut au caractère chasseur des chats domestiques. La LPO souhaite aider les propriétaires à tenir leur chats à l'écart des mangeoires.

copyright frederic decante

Un but affiché : protéger la petite faune sauvage

copyright frédéric decante

Pour la Ligue de Protection des Oiseaux, les vétérinaires demeurent des interlocuteurs privilégiés pour sensibiliser leur clients propriétaires de chats à l'impact de la prédation féline sur la petite faune sauvage.

La LPO met ainsi en ligne deux vidéos (voir ci-dessous), la première appelant à être propriétaire responsable et l'autre aidant à aménager son jardin après que quarante propriétaires du département de Charente-Maritime se soient portés volontaires pour tester différents dispositifs d'éloignement des chats. Les différentes alternatives passent par une alimentation correcte de son animal de compagnie et par la stérilisation des chats.

L'association définit quatre catégories de chats : le chat de propriétaire nourri et identifié (près de 13 millions d'individus), le chat libre définit par l'article L211-27 et sous la protection des maires, le chat errant nourri plus ou moins régulièrement (8 à 10 millions d'individus) et le chat haret, chat domestique plus ou moins revenu à l'état sauvage et pour lesquels aucune estimation de nombre d'individus n'existe.

La LPO estime la population de chat à plus de 23 millions d'individus qui, stérilisés ou non, conservent leur instinct de chasseurs "grignoteurs", joueurs avec leurs proies et capables de sauter à près de deux mètres de hauteur : "selon différentes études et méthodes, un chat bien nourri peut capturer en moyenne 27 proies par an, contre 273 pour un chat errant et 1071 pour un chat haret".

L'association met également à disposition une exposition sous forme de trois kakémonos et offre aux vétérinaires une affiche disponible sur son site internet ou en cliquant sur ce lien.

Contact : https://www.lpo.fr/les-causes-de-detresse/predation-du-chat-domestique et mail

copyright frederic decante


Contacter l'Ordre en région