Une action régionale pour faciliter le logement des étudiants en stage ou en tutorat

Depuis cet automne, le CROV Occitanie et le GTV régional d’Occitanie mènent une action commune qui vise à fluidifier les relations entre jeunes étudiants et vétérinaires ruraux ou mixte dont on connaît la difficulté à recruter et à pérenniser leurs équipes. Un appel téléphonique et un courrier sont adressés aux mairies et collectivités locales pour demander une aide au logement.

Le logement, souvent un facteur limitant d'immersion professionnelle longue

Depuis cet automne, le CROV Occitanie et le GTV régional d'Occitanie mènent une action commune qui vise à fluidifier les relations entre jeunes étudiants et vétérinaires ruraux ou mixte dont on connaît la difficulté à recruter et à pérenniser leurs équipes. Le logement de l'étudiant a été jugé comme un facteur de frein de l'immersion de l'étudiant dans le monde professionnel, immersion dont on connaît le bien-fondé et le bénéfice pour l'installation ultérieure. Parallèlement, les étudiants ne bénéficient pas du pouvoir d'achat nécessaire pour se loger dans des logements loués à la semaine ou au mois.

Dans les multiples petites aides de terrain à action immédiate et à pérenniser, en partenariat avec le GTV Junior de Toulouse, le CROV Occitanie essaye d'aider les jeunes étudiants A1 dans la recherche de logement pour leur stage de janvier en milieu rural.

En effet, il est apparu que les structures vétérinaires proposant un logement sur place avaient plus de facilités à accueillir stagiaires, remplaçants et autres jeunes. Cette mise à disposition d'un logement s'avère être un critère important de choix des jeunes lors du recrutement. Ainsi, les structures professionnelles n'en proposant pas ou ne pouvant en payer par ailleurs se voient donc défavorisées en terme de recrutement.

L'idée est ici d'informer et de solliciter les mairies et intercommunalités en question en leur demandant leur aide sur ce volet attractivité de leur territoire. Certaines collectivités territoriales sensibilisées à cette problématique via le déploiement à venir de la loi portant diverses dispositions d'adaptation au droit de l'Union européenne en matière économique et financière (DDADUE), proposent ainsi facilement la mise à disposition gracieuse d'un petit logement. L'idée est d'améliorer l'accueil de l'étudiant pour rendre chaque pôle professionnel plus attractif afin d'optimiser la possibilité d'un retour ultérieur une fois le jeune diplômé par voie directe ou indirecte, le bouche à oreille étant très opérationnel dans le monde estudiantin.

Si en théorie chaque étudiant ou confrère peut faire la démarche de son coté, en pratique, une aide extérieure d'un conseiller ordinal, plus neutre et avec la compétence ordinale pour expliquer et mettre en valeur la démarche, est à chaque fois très appréciée. Un courrier est adressé au maire de la commune où réside la structure professionnelle vétérinaire d'accueil, courrier positionnant localement la problématique de désertification et sollicitant une aide au logement par la commune.

Cet envoi de courrier est accompagné d'un appel téléphonique d'un élu ordinal au nom du CROV Occitanie. Neuf demandes ont ainsi été gérées et d'autres sont en cours avec, à chaque fois, une approche individualisée suivant la zone. Cette démarche, très adaptable, peut aussi être proposée aux confrères qui souhaiteraient loger un remplaçant temporaire ou un salarié un peu éloigné qui voudrait faire des gardes.

Publié le 09-01-2021



Contacter l'Ordre en région