Je souhaite écorner mes veaux

Comment m’y prendre ?

Je m’assure des conditions à respecter pour un écornage sans douleur

J’évite de pratiquer l’écornage dans les 15 premiers jours où le stress est plus important.

Avant 4 semaines d’âge, l’écornage ou l’ébourgeonnage des animaux doit être pratiqué par une personne expérimentée pour éviter toute douleur ou angoisse inutile. L’anesthésie effectuée par un vétérinaire ou toute personne qualifiée n’est pas obligatoire mais recommandée.

Après 4 semaines d’âge, l’écornage ou l’ébourgeonnage des animaux doit être pratiquée sous anesthésie locale ou générale par un vétérinaire ou toute personne qualifiée.

Je réalise de préférence l’écornage de mes veaux à l’âge de 2 à 4 semaines, âge auquel stress et douleur sont limités.

Je m’assure d’être dans le cadre réglementaire dérogatoire m’autorisant à effectuer l’acte vétérinaire d’écornage

Je respecte l’une des trois conditions suivantes :

  • j’ai une attestation de formation à la pratique des acte énumérés dans l’arrêté de formation à la pratique des actes énumérés dans l’arrêté du 5 octobre 2011;

  • je suis titulaire d’un diplôme ou d’un titre homologué de niveau égal ou supérieur au BEP agricole ou BP agricole ou d’un titre reconnu par un Etat membre de l’Union Européenne;

  • je dispose d’une expérience professionnelle d’au moins un an dans le domaine de l’élevage.

Je prends contact avec mon vétérinaire

Je me rapproche du vétérinaire responsable du suivi sanitaire permanent de mon élevage pour mettre en place la prise en charge de la douleur animale lors d’écornage : bilan sanitaire identifiant cette pratique zootechnique dans la conduite d’élevage; protocole de soins précisant les consignes et modalités pratiques de cette gestion de la douleur.

Je demande à mon vétérinaire de vérifier avec lui voire de perfectionner ma pratique de l’écornage: je peux lui demander qu’il me montre le geste technique d’anesthésie locale du nerf cornual; je peux lui demander ‘organiser un atelier pratique d’écornage en début de saison; je peux lui demander de m’orienter vers une formation spécifique.

Je prends en charge la douleur en agissant sur les différentes composantes de celle-ci:

  1. action sur le stress dû aux manipulations à l’aide d’un sédatif
  2. action sur la douleur provoquée par l’acte d’écornage sur les tissus de la corne grâce à un anesthésique local.
  3. action sur la douleur post-écornage avec un anti-inflammatoire

Pour cela, j’utilise les médicaments prescrits par le vétérinaire dans le cadre du suivi sanitaire permanent.

J’inscris dans le registre d’élevage les actes réalisés et les médicaments utilisés, en faisant référence aux ordonnances correspondantes.