La vaccination des animaux – Idées reçues

La vaccination est un moyen de prévention efficace pour lutter contre de nombreuses maladies infectieuses. Voici une liste de contre-vérités dangereuses pour la santé.

Idée reçue n°1 : La vaccination n'est pas efficace.

C'est faux. La vaccination a permis une augmentation spectaculaire des taux de survie des humains au 20ème siècle, c’est le 2ème facteur après la disponibilité accrue d’eau potable. En santé humaine, la vaccination a conduit à l’éradication mondiale de la variole en 1982, et de la peste bovine en santé animale en 2011. Le virus de la leucémie féline est un rétrovirus mortel présent dans le monde entier, mais grâce à une vaccination généralisée, moins de 2% des chats en bonne santé dans le monde ont une leucémie féline. Autre exemple, la vaccination des volailles contre les salmonelles a permis de réduire de près de moitié les cas de salmonellose chez l’humain en Europe depuis 2004.

Idée reçue n°2 : La vaccination est une intervention inutile qui interfère avec la nature.

C'est inexact. La vaccination des animaux joue un rôle essentiel dans la santé et dans la prévention des zoonoses, les maladies transmissibles entre l'homme et l'animal. La mondialisation expose les humains aux maladies qui se propagent au-delà des frontières, par le biais des voyages et du commerce. Les vaccins jouent un rôle essentiel dans la prévention de ces risques en protégeant la santé animale, la sécurité alimentaire et la santé publique. Nous avons également une obligation morale envers nos animaux : l’obligation de prévenir les maladies plutôt que d'attendre que l'animal tombe malade, souffre et doive être soigné. La vaccination protège les animaux de compagnie contre toute une gamme de maladies potentiellement mortelles, allant du parvovirus félin chez le chat, à la grippe équine chez les chevaux.

Idée reçue n°3 : L'exposition à la maladie est nécessaire pour renforcer le système immunitaire.

Faux. Les vaccins améliorent l’immunité à une maladie d’une personne sans qu’elle n’ait à souffrir de ses principaux symptômes. Dans certaines maladies, l'infection ne procure d’ailleurs aucune immunité naturelle. La vaccination imite l'infection naturelle avec un composant affaibli ou mort et stimule le système immunitaire. Pour les animaux de ferme, de bonnes mesures d’élevage et de biosécurité sont des facteurs importants de prévention des maladies. Malgré ces bonnes pratiques, les animaux peuvent tomber malades et les maladies infectieuses peuvent se propager rapidement, avec des résultats dévastateurs. La vaccination est ainsi cruciale pour la santé des troupeaux.

Idée reçue n°4: Les vaccins ont des effets secondaires négatifs qui l'emportent sur les bénéfices potentiels.

Faux. Les vaccins sont un moyen sûr et facile de stimuler le système de défenses naturelles d’un animal pour prévenir la maladie, protéger sa santé et protéger son bien-être. La vaccination protège le bétail contre les maladies infectieuses, et garantit des aliments sûrs et nutritifs tels que les œufs, le lait, le poisson et les produits carnés. Dans de rares cas, les vaccins peuvent entraîner des effets secondaires (douleur au point d’injection, fièvre, irritations cutanées, …). Si cela se produit avec votre animal, vous devez consulter un vétérinaire.

Idée reçue n°5 : Des traces de vaccins se retrouvent dans les aliments que nous consommons.

Faux. Tout médicament autorisé en santé animale comporte un délai minimum à respecter après son utilisation chez des animaux dont on consomme la chair ou les produits (lait, œufs), pour que ceux-ci soient commercialisés puis consommés. Ceci garantit la sécurité des aliments.






Idée reçue n°6 : La vaccination des animaux n'a pas d’impact sur la santé humaine.

Faux. Plus de 70% des maladies animales peuvent être transmises à l'homme. Ces maladies sont appelées zoonoses. Elles comprennent par exemple la rage. Vacciner les animaux signifie préserver la santé humaine et publique.







Idée reçue n°7 : Je suis végétarien, la santé animale ne me concerne pas.

La vaccination des animaux joue un rôle dans la santé publique au sens large. Par exemple, les programmes de vaccination ont entraîné la disparition de la rage de vastes régions d'Europe alors qu’elle existe toujours dans d'autres parties du monde. Des études ont montré qu'en vaccinant 70% d'une population locale de chiens contre la rage, il est possible de quasiment réduire à zéro le nombre de cas chez les humains. La vaccination des animaux de compagnie reste un élément important de la prévention des maladies, de la protection de leur santé et de la protection de la relation importante que nous entretenons avec eux.

Idée reçue n°8 : Mon chat ne sort pas, il n’a pas besoin de vaccin.

C'est une erreur. Les chats d'intérieur ont besoin d’être vaccinés contre les virus potentiellement mortels, tels que l’herpès virus de type 1 ou le calicivirus, certains pouvant se transmettre via l’environnement.

Consultez votre vétérinaire pour savoir de quels vaccins votre chat a besoin selon son mode de vie et son âge.







Idée reçue n°9 : La vaccination est coûteuse, elle n’est réalisable que dans le monde occidental.

Pas du tout. Les vaccins sont généralement peu coûteux pour les maladies les plus fréquentes. En outre, ils peuvent empêcher jusqu'à 20% de pertes liées aux maladies infectieuses dans les productions animales des pays en voie de développement. Les vaccins protègent ainsi les agriculteurs et les petits exploitants de lourdes pertes financières.