Hommage : Docteur-vétérinaire Guy Dulait

Président du Conseil régional de l'Ordre d'Aquitaine de 1992 à 2001
Membre du Conseil supérieur de l'Ordre de 2001 à 2004

C'était un sanglier.

Depuis que je sais que je dois écrire ces quelques lignes, cette image s'impose à moi...

Un sanglier ! Vous savez, cet animal à l'intelligence aigüe, tout en délicatesse et en force brute ; capable de s'enfuir lentement, calmement, sans un bruit et sans déplacer une seule feuille morte, de charger à la furieuse en brisant le hallier pour vous impressionner ou de déloger le ver succulent après avoir grossièrement labouré le sol d'un groin délicat...

Voilà, définitivement ! Guy Dulait était un sanglier ! (Hormis le côté hirsute et velu, quand même !) Pudique et gaulois, expansif et réservé, calme et bouillant d'impatience, impulsif et réfléchi, moderne et nostalgique, lourd et léger, drôle et mélancolique, il n'alternait pas ces qualificatifs mais savait (exploit par anticipation) les exprimer " en même temps " bien avant que ce concept ne fût à la mode !

Un bestiau dont n'importe quelle profession pourrait s'enorgueillir et que nous avons eu la chance de compter dans la nôtre. Guy a su se mettre au service de la Vétérinaire comme son sénateur de frère était au service de l'Etat.

Il est entré au Conseil Régional de l'Ordre dans les années 80 et a fait trois mandats de trois ans comme président de 1992 à 2001. C'est en 2001 qu'il a été élu au Conseil Supérieur.

Au Conseil Régional, Il a posé les bases logistiques d'un Conseil moderne, doté par ses soins d'un local fonctionnel, acquis par le Conseil supérieur de l'Ordre, d'un secrétariat administratif efficace, d'un outil informatisé encore peu usité en 1992, rendant notre Conseil plus opérationnel.

Habitant et exerçant à Biscarosse dans les Landes, il était cependant présent physiquement deux jours par semaine au Conseil, à Bordeaux.

Visionnaire, son action a donc préfiguré en Aquitaine ce qu'allaient devenir les Conseils régionaux par la suite.

Sa méthode de travail a toujours été la collégialité et la structuration des missions permettant un travail en équipe optimisé et une ambiance excellente.

Sous sa présidence, pas d'autoritarisme : la place était largement laissée au débat, et aucune décision n'était prise sans l'obtention d'un consensus, donnant au concept de "Conseil" toute sa signification.

Par ailleurs, il été la cheville ouvrière, particulièrement efficace, des décisions d'appel des tribunaux de Pau et d'Agen interdisant la possibilité des vaccinations par les éleveurs des carnivores domestiques, d'où son engagement ensuite, au Conseil supérieur dans la commission "exercice illégal" alors embryonnaire.

Il a marqué son passage à l'Ecole Vétérinaire de Toulouse par sa bonne humeur et sa participation sans faille à la vie estudiantine. Il a été l'auteur d'une fameuse " Revue de l'Ecole " (Comédie musicale mettant en scène le personnel enseignant et administratif. Représentation tous les quatre ans) où son talent de parolier et de satiriste à véritablement éclaté. Il a créé le périodique " Fluxion ", opuscule traitant de la vie de l'Ecole, parution de haute tenue mais qui s'est hélas, rapidement éteinte faute d'abonnements internationaux...

Guy fait partie de ces gens dont l'absence nous fait regretter de n'avoir pas davantage échangé avec eux. Il m'avait dit un jour, sous forme de boutade : " Les quelques jours avant ma retraite, je choisirai mes clients ; les autres, les pénibles, les insupportables, je les renverrai en leur disant vous ne me méritez pas ! ". Il ne l'a pas fait, bien sûr. Trop gentleman pour ça !

Mais nous, est-ce qu'on l'a mérité ?

 

Docteur vétérinaire Daniel Astier
Ancien Secrétaire général du Conseil régional de l'Ordre des vétérinaires d'Aquitaine

 

 

 

Publié le 15-06-2020